Eglise: une levée des réserves, la lumière au bout tunnel.

Face à des travaux à parfaire et des malfaçons à corriger, notre association s’est proposée auprès de la municipalité pour l’assister techniquement, ceci à titre bénévole, ce qu’elle a bien volontiers accepté.

les années 2020 et 2021 ont été perturbées par la pandémie de Covid 19 et les mesures sanitaires imposées. La reprise de l’activité des entreprises a été chaotique et les clients ont multiplié les contraintes de délai, chacun tirant la couverture à soi.

Mais tout ceci n’explique pas les difficultés rencontrées à Sermaise ou il aura fallu 11 mois , depuis la pré-réception du 28 juillet 2020, et une vingtaine de RDV sur place avec tous les intervenants (DRAC, architecte, mairie, entreprises…), des échanges en série de toute sorte, pour enfin sortir du bout du tunnel fin juin 2021. En synthèse un processus interminable et épuisant.

Notre propos n’est pas de rentrer dans tous les détails des sujets traités et des péripéties vécues, mais d’expliciter le sujet majeur, qui a mobilisé toute l’énergie de la municipalité et de nous même, à savoir l’absence de gouttières et de descentes d’eau pluviale en façade sud. Or elles existaient avant travaux, étaient prévues au contrat et pourtant l’architecte a estimé ne pas devoir les mettre pour un parti-pris architectural et esthétique.

Ce point constituait, pour nous, mais aussi pour des professionnels incontestés, une erreur fondamentale.

En effet comme les photos ci dessous le démontrent, les écoulements très importants des quatre couloirs d’eau de pluie n’étaient de fait plus canalisés et engendraient progressivement la dégradation des enduits et des infiltrations en terre, puis de probables migrations d’eau en pied de murs jusqu’aux fondations et des remontées par capillarité dans les dits murs (effet buvard ou éponge).

Avec l’architecte, chacun restant ferme sur ses positions , nous avons recherché des solutions alternatives.

Solution pré-validée et finalement non retenue

L’architecte a retrouvé dans ses archives des photos du début du siècle dernier qui montrent que ce problème était connu depuis bien longtemps des anciens , même si les solutions trouvées pour éloigner l’eau étaient pour le moins inesthétiques (des rejets d’eau avec des tuyaux placés plus ou moins à 45 degrés).

Finalement l’architecte a accepté de mettre des gouttières et des descentes d’eau pluviale lors de la visite de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile de France le 27 mai 2021.

Nous nous sommes félicités de cette décision et les travaux s’y rapportant ont été achevés le 28 juin 2021.

Toutefois nous n’avons pas pu valider les épures des prestations réalisées qui nous paraissent imparfaites (diamètres insuffisants et tronçon manquant), mais il faut savoir en terminer.

D’autres stigmates de cette tranche de travaux devront être traités à l’avenir comme le remplacement partiel ou total de l’installation électrique , la remise en service de l’horloge et des cloches…

Dans l’immédiat, le diagnostic des décors peints, exigé par la DRAC avant tous nouveaux travaux à l’intérieur de l’église, devrait être réalisé pour le 16 septembre.

Si la municipalité le souhaite, nous resterons bien entendu disponibles pour la poursuite de notre aide et soutien.

Patrick Daviot.

One thought on “Eglise: une levée des réserves, la lumière au bout tunnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Limite de temps atteinte, merci de recharger le CAPTCHA.